Stéphanie Auberville

Agir ?

Agir sans attendre , agir, observer et agir de nouveau, sentir, percevoir, aller là où ça nous attire, agir par curiosité, agir par nécessité, agir par conviction, agir par volupté , agir par décision, agir sans savoir, ne pas agir et respirer , se laisser faire, attendre, étirer le temps et recommencer, agir comme on veut ou suivre le courant.

La danse et l’agir comment ces deux notions là peuvent se confronter et se nourrir l’une de l’autre , et qu’est-ce qu’elle peuvent nous permettre d’inventer ensemble ?

Il y a là tout un champs d’investigations incroyables qui se situent entre les activités réflexes du corps, si utiles en contact -improvisation et les actions que l’on prend par décisions conscientes.

Comment peut-on transformer et déplacer nos manières de prendre des décisions dans l’improvisation et nos façons d’agir à partir d’un travail sur les perceptions et le ressenti ?

Ce stage propose de partir du corps, d’un corps qui serait notre laboratoire, où l’on pourrait ouvrir de nouveau espaces de dialogues entre agir et être agi, où l’on pourrait questionner, pratiquer et inventer diverses manières de se mobiliser, de se rassembler, de trouver un support et de s’en servir, où l’on pourrait réinventer et déplacer nos façons de nous positionner, de prendre des décisions. Comment ses états de corps et de perceptions peuvent nous ouvrir des espaces propices à la danse et à l’improvisation. Comment ces états perceptifs ont la capacité de nourrir nos imaginaires et comment nous pouvons les mettre en dialogue avec un partenaire, et construire une danse partagée.

withdani

«Comment je peux répondre à ce qui m’entoure avec la danse, et est-ce que c’est possible?». Cette phrase m’a accompagné tout au long de mon parcours, elle a attisé ma curiosité pour le mouvement de la danse américaine des années 60, elle a fait que je suis devenue tour à tour chorégraphe, danseuse, enseignante, que j’ai écrit sur la danse ou encore que j’ai invité et programmé d’autres danseurs. La question de la danse recèle un intime, créer une danse me confronte avec comment vais-je arriver à raconter cet intime, et par extension à la nécessité d’avoir recours aux mots, aux sons, aux images afin de dévoiler cette danse. Aujourd’hui la notion d’intime persiste mais elle s’est déplacée, dans une relation de proximité, un espace de précaution que je tente d’établir avec les specta
teurs.»
Stéphanie AUBERVILLE, danseuse chorégraphe, a rencontré le contact-improvisation en 92. Sa formation s’est faite auprès de Nita Little dont elle a été l’assistante 5 ans, elle a suivi les enseignements d’Andrew Harwood, de Kristie Simson, de Daniel Lepkoff, de Sarah Shelton Mann, et de Nancy Stark Smith, et ainsi qu’ auprès de Julyen Hamilton, Deborah Hay et Yoshito Ohno plus récemment Lisa Nelson, et Benoit Lachambre. Elle a dansé pour Anja Hempel, Ted Stoffer, Haim Adri, Yasmina Prolic, le Théâtre de la Mezzanine, Marie Marfaing Thierry Niang. Elle enseigne le CI depuis 2003, sous forme de cours hebdomadaires et de stages (week-end et semaine). En 2010 et 2011 elle est invitée à enseigner au WCCIF de Berkeley une classe et un intensif avec Rajendra Serber, en 2012 elle donne une classe au festival de Grenoble, en 2013 un intensif au festival de Rennes, en 2014 une classe au festival de Freiburg. Depuis 95 elle organise des workshops , labs, jam et rencontres autour du Contact. Elle a invité Frey Faust, Nita Little, Lior Ophir, Sherwood Chen, Rajendra Serber et Ralf Jaroschinski à venir enseigner à Paris et à Bruxelles.
Publicités