Aurore Valverde

Aurore commence le CI en autodidacte ; comédienne à Paris, elle respire en ville grâce aux jams qu’elle fréquente comme les milongas : en quête de présence, de corps… et pour le fun !

Et puis la danse prend toute la place. Désormais, Aurore se dédie à la recherche de SON mouvement et comment « devenir danseuse » après 30 ans ! Elle quitte Paris et peut enfin participer à moult stages et festivals ! Tant à apprendre, déjà l’heure d’enseigner ? Aurore propose de partager ses interrogations plutôt que d’apprendre aux autres « comment on fait ». De manière intuitive, ses découvertes et apprentissages somatiques se mélangent avec des réminiscences d’Arts martiaux, de mime, de navigation, équitation… le toucher des éléments et du Vivant. Elle a enseigné tellement d’autres pratiques moins chères à son cœur/corps, quelle joie de transmettre aussi par et pour la danse !

thumbnail_002

Qu’est ce que ça veut dire de danser et d’être danseuse ?

Retour à la performance après 2 ans loin des plateaux et retour aux engagements antérieurs à la scène : 10 ans de voyages et interventions sociales dans le quotidien des terrains en crises et loin des « problèmes d’ici ». Puis break, épuisée et dubitative.

Si le CI est un magnifique moyen de prendre soin de soi (en cas d’épuisement et doutes, par exemple !), c’est aussi un bel outil social pour accélérer les changements positifs ou en résistance aux changements négatifs de notre évolution.

Aurore veut donc se concentrer sur le potentiel d’inclusivité de notre pratique. Que ce soit avec le handicap, la vieillesse, la précarité économique, les différents racismes, les LGBTQ-phobies… Aurore veut faire du CI une clef pour mieux embrasser ensemble singularités et confiance, dans les lieux de promiscuité subie et d’éducation populaire.

 

L’atelier :

Pour les bougeur/euse/s, la proposition cette fois-ci est d’identifier les endroits où nous pouvons être PLUS LIBRES et chercher l’amusement en même temps que la conscience (de l’espace, du groupe, de l’Autre) : refuser de choisir entre la joie et la présence. Se régaler dans l’engagement avec l’instant.

 

Publicités